Loi sur l’énergie : Oui à la sortie du nucléaire et à la protection de l’environnement

L’acceptation de la loi sur l’énergie peut être inter­pré­tée com­me un oui à la sor­tie du nuclé­ai­re et à la pro­tec­tion de l’environnement. Par­mi les par­tis­ans, c’est le rejet de l’énergie nuclé­ai­re et les moti­va­tions éco­lo­gi­ques qui ont déter­mi­né le vote. Du côté des oppo­sants, les coûts et les crain­tes en matiè­re d’approvisionnement éner­gé­tique étai­ent les princi­paux motifs du non. Ces der­niers n’ont cepen­dant pas eu un grand impact du côté des par­tis­ans. C’est ce que révè­le l’analyse des résul­tats de l’enquête VOTO rela­ti­ve à la vota­ti­on du 21 mai 2017 menée auprès de 1518 votan­tes et votants.

VOTO

Les dou­tes à l’égard du nuclé­ai­re et le sou­ci de pré­ser­va­ti­on de l’environnement ont ent­raî­né l’acceptation de la loi sur l’énergie le 21 mai 2017. Depuis l’accident nuclé­ai­re à Fuku­shi­ma au Japon, l’énergie nuclé­ai­re est lar­ge­ment dés­ap­prou­vée en Suis­se : envi­ron trois quarts des votan­tes et votants se sont pro­non­cés en faveur d’une Suis­se sans éner­gie nuclé­ai­re. Alors que le cal­en­dri­er fixé par l’initiative popu­lai­re « Sor­tir du nuclé­ai­re » a été la princi­pa­le rai­son de son échec en vota­ti­on popu­lai­re en novembre 2016, 78% des votan­tes et votants se sont décla­rées con­vain­cues de la faisa­bi­li­té de la sor­tie du nuclé­ai­re d’ici 2050, dans le délai visé par la loi sur l’énergie. Ces per­son­nes ont accep­té la loi à la majo­ri­té des deux tiers.

38% des per­son­nes ayant voté oui ont cité leur volon­té de sor­tir du nuclé­ai­re et les divers dou­tes à l’égard de l’énergie ato­mi­que (p.ex. préoc­cup­a­ti­ons en matiè­re de sécu­ri­té, déche­ts nuclé­ai­res) com­me princi­paux motifs de leur appro­ba­ti­on de la loi sur l’énergie. Pour un aut­re tiers des par­tis­ans, les con­sidé­ra­ti­ons éco­lo­gi­ques ont été déter­mi­nan­tes, par­mi elles la pro­mo­ti­on des éner­gies renou­ve­l­ab­les. Con­cer­nant les adver­saires, la peur de coûts sup­plé­men­taires et les dif­fi­cul­tés d’approvisionnement ont été les princi­paux motifs. Les con­sé­quen­ces sur l’emploi et pour l’économie ont été secon­dai­res pour les votan­tes et votants, bien que ces aspects aient été mis en avant par les deux camps durant la campagne.

De maniè­re géné­ra­le, les votan­tes et votants ont accor­dé une gran­de impor­t­ance à la loi sur l’énergie. Cet­te impor­t­ance a été la plus éle­vée dans les rangs de la gau­che et des Verts, qui ont aus­si éprou­vé moins de dif­fi­cul­tés à se for­ger une opi­ni­on. En revan­che, les sym­pa­thi­san­tes et sym­pa­thi­sants de la droi­te ont accor­dé une moins gran­de impor­t­ance au scru­tin. Les per­son­nes pro­ches de l’UDC qui lui ont non seu­le­ment prêté la moind­re impor­t­ance, ont éga­le­ment été moins nombreu­ses à se rend­re aux urnes. La gau­che et les Verts ont lar­ge­ment plé­bi­s­ci­té la loi sur l’énergie, alors que les per­son­nes pro­ches de l’UDC l’ont clai­re­ment rejetée.

Du côté du PLR, les sym­pa­thi­san­tes et sym­pa­thi­sants ont été divi­sés en deux camps de même tail­le. Avec un taux d’acceptation de 63%, les per­son­nes se sen­tant pro­ches du PDC, ain­si que cel­les ne se sen­tant pro­ches d’aucun par­ti se sont expri­mées clai­re­ment en faveur de la loi sur l’énergie.


Citation :

Anke Tresch, Flo­rence Lebert, Lau­ra Scaper­rot­ta et Lukas Laue­ner (2017). Enquê­te VOTO rela­ti­ve à la vota­ti­on popu­lai­re fédé­ra­le du 21 mai 2017. FORS, ZDA, LINK: Lausanne/Aarau/Lucerne.

Pour des ques­ti­ons con­cer­nant l’étude :

Dr. Anke Tresch, 076 459 49 39, ankedaniela.tresch@unil.ch.


Enquê­te VOTO

Les enquê­tes VOTO sont un pro­jet com­mun de l’institut de recher­che FORS, du Cent­re d’études sur la démo­cra­tie Aar­au ZDA et de l’institut de son­da­ge LINK. Elles sont finan­cées par la Chan­cel­le­rie fédé­ra­le suis­se. Depuis l’automne 2016, la Con­fé­dé­ra­ti­on con­fie la réa­li­sa­ti­on des enquê­tes à la com­mu­n­au­té VOTO, qui a pris le relais des son­da­ges VOX. La for­mu­la­ti­on des ques­ti­ons, les enquê­tes ain­si que l’analyse des don­nées relè­vent de la responsa­bi­li­té exclu­si­ve de VOTO.

Tous les rap­ports, ques­ti­onn­aires et les don­nées bru­tes assor­ties d’informations com­plé­men­taires sur le sys­tème de collec­te sont acces­si­bles libre­ment à des fins sci­en­ti­fi­ques sur www.voto.swiss/fr ou sur le por­tail d’ar­chi­ve de FORS: forsbase.unil.ch.

Pho­to: Wiki­me­dia Commons

Print Friendly, PDF & Email