Initiative contre le mitage : rejet malgré un large soutien pour les principaux enjeux

L’initiative popu­lai­re cont­re le mita­ge a été reje­tée alors même qu’une net­te majo­rité des votants sou­te­nait ses princi­paux objec­tifs. Lan­cée par les Jeu­nes Verts, l’initiative a échoué par­ce que la légis­la­ti­on en vigueur a été jugée suf­fi­san­te pour endi­guer le mita­ge du ter­ri­toire. C’est ce que révè­le l’analyse des résul­tats de l’enquête VOTO.

VOTO

Bien que l’initiative cont­re le mita­ge ait été net­te­ment reje­tée, les per­son­nes qui se sont ren­du­es aux urnes par­ta­ge­ai­ent très sou­vent la préoc­cupa­ti­on princi­pa­le des auteurs du tex­te puis­que, au total, plus de 80 pour cent des per­son­nes inter­ro­gées sou­te­nai­ent la reven­di­ca­ti­on d’une meilleu­re pro­tec­tion des pay­sa­ges et des ter­res agri­co­les en Suis­se. Même par­mi les per­son­nes qui ont voté non le 10 févri­er der­nier, trois quarts appu­yai­ent cet objec­tif.
 
Si l’initiative a échoué, c’est par­ce qu’une majo­rité a esti­mé que la légis­la­ti­on en vigueur suf­fi­sait à lut­ter cont­re le mita­ge du ter­ri­toire. Les per­son­nes qui ont voté non ont essen­ti­el­lement fait réfé­rence au fait que la loi sur l’aménagement du ter­ri­toire venait d’être révi­sée. Du côté des par­ti­sa­nes et des par­tis­ans du oui, les motifs prépon­dé­rants étai­ent liés au désir de pro­té­ger l’environnement et le patri­moi­ne. Les per­son­nes qui ont sou­te­nu l’initiative ont expli­qué leur choix par la néces­sité d’enrayer l’urbanisation du ter­ri­toire suis­se.
 
Les sym­pa­thies par­ti­sa­nes ont très net­te­ment influé sur le com­por­te­ment de vote : si les per­son­nes pro­ches des Verts ont accep­té l’initiative cont­re le mita­ge à une écra­san­te majo­rité (91 %), les sym­pa­thi­san­tes et les sym­pa­thi­sants du camp bour­geois l’ont net­te­ment reje­tée. Les pour­cen­ta­ges de non se situai­ent ent­re 78 et 84 pour cent chez les per­son­nes pro­ches de l’UDC, du PDC et du PLR. Quant aux par­ti­sa­nes et aux par­tis­ans du PS et des vert’libéraux, les avis étai­ent très par­ta­gés (53 % de oui pour l’un et pour l’autre).
 
En ce qui con­cer­ne le taux de par­ti­ci­pa­ti­on, des dif­fé­ren­ces sont appa­ru­es ent­re hom­mes et femmes. La par­ti­ci­pa­ti­on des femmes a en effet été plus fai­ble que cel­le des hom­mes (34 % cont­re 43 %). En revan­che, les femmes qui ont voté ont été plus encli­nes à se pro­non­cer en faveur de l’initiative (41 %) que les hom­mes (32 %). Rele­vons encore que les Verts ne sont pas par­ve­nus à mobi­li­ser for­te­ment leur base pour cet­te initia­ti­ve, lan­cée par les Jeu­nes Verts. En effet, le taux de par­ti­ci­pa­ti­on par­mi les per­son­nes pro­ches des Verts n’a pas été supé­ri­eur à la moy­enne.

Cita­ti­on:

Bern­hard, Lau­rent et Lukas Laue­ner (2019). Enquête VOTO rela­ti­ve à la vota­ti­on popu­lai­re fédé­ra­le du 10 févri­er 2019. ZDA, FORS, LINK : Aarau/Lausanne/Lucerne.

Con­tac­te:

Lukas Laue­ner, 021, 692 46 71, lukas.lauener@fors.unil.ch.


Enquête VOTO
Les enquêtes VOTO sont un pro­jet com­mun de l’institut de recher­che FORS, du Cent­re d’études sur la démo­cra­tie Aar­au ZDA et de l’institut de son­da­ge LINK. Elles sont finan­cées par la Chan­cel­le­rie fédé­ra­le suis­se. Depuis l’automne 2016, la Con­fédé­ra­ti­on con­fie la réa­li­sa­ti­on des enquêtes à la com­mu­n­au­té VOTO, qui a pris le relais des son­da­ges VOX. La for­mu­la­ti­on des ques­ti­ons, les enquêtes ain­si que l’analyse des don­nées relè­vent de la responsa­bi­lité exclu­si­ve de VOTO.

Tous les rap­ports, ques­ti­onn­aires et les don­nées bru­tes assor­ties d’informations com­plé­men­taires sur le sys­tème de collec­te sont acces­si­bles libre­ment à des fins sci­en­ti­fi­ques sur www.voto.swiss/fr ou sur le por­tail d’archive de FORS: forsbase.unil.ch.

 

Print Friendly, PDF & Email