Devenir parent marque la fin de l’égalité dans le couple

Dans un arti­cle pour la revue Social Chan­ge in Switz­er­land, René Levy fait la syn­thè­se de trois recher­ches qui per­met­tent de com­prend­re pour­quoi les par­cours de vie des femmes en Suis­se sont mar­qués très dif­fé­rem­ment par la paren­ta­li­té que ceux des hom­mes. Con­statant un fort écart ent­re les val­eurs d’égalité et les pra­ti­ques effec­ti­ves des cou­ples, il démont­re que ce dif­fé­ren­ti­el a des rai­sons struc­tu­rel­les, qu’il serait pos­si­ble de fai­re évo­lu­er.

Deut­sche Ver­si­on

Social Change in Switzerland

En Suis­se, la tra­jec­toire pro­fes­si­onnel­le des femmes res­te con­di­ti­onnée par la mater­ni­té. Pour expli­quer ce méca­nisme, René Levy con­vo­que trois étu­des empi­ri­ques réa­li­sées au cours des quin­ze der­niè­res années, qui éclai­rent la réa­li­té des for­tes iné­ga­li­tés de gen­re tou­jours en vigueur.

Pre­mier cons­tat : c’est au moment de la nais­sance de leur pre­mier enfant que les femmes chan­gent leur rap­port au tra­vail. Pour la gran­de majo­ri­té des cou­ples, la venue d’un enfant mène à une dou­ble inser­ti­on fami­lia­le et pro­fes­si­onnel­le (à temps par­ti­el) chez les mères, alors que l’immense majo­ri­té des hom­mes a des par­cours stan­dard d’emploi à plein temps, quel­le que soit leur situa­ti­on fami­lia­le.

Deu­xiè­me cons­tat : alors qu’une majo­ri­té de cou­ples décla­rent des val­eurs éga­li­taires au moment de la pre­miè­re gros­ses­se, ils ne sont plus qu’une mino­ri­té, après la nais­sance, à res­ter cohérents avec cet idé­al d’égalité dans la répar­ti­ti­on effec­ti­ve des tâches domes­ti­ques. La réa­li­té mont­re que la paren­ta­li­té indu­it une très for­te « retra­di­ti­onnali­sa­ti­on » des pra­ti­ques, indé­pen­dam­ment des inten­ti­ons de départ.

Ces deux obser­va­tions s’éclairent à la lumiè­re du troi­siè­me cons­tat : en com­parant la Suis­se à d’autres pays euro­péens, et en com­parant une cen­tai­ne de micro-régi­ons suis­ses ent­re elles, on remar­que que l’existence de con­gés paren­taux et de struc­tures d’accueil extra-fami­li­al est cru­cia­le. Elle déter­mi­ne l’amplitude avec laquel­le les cou­ples peu­vent réa­li­ser effec­ti­ve­ment leur idé­al d’équilibre éga­li­taire ent­re tra­vail et famil­le.

René Levy con­clut que la non-réa­li­sa­ti­on de mes­u­res d’égalité a des effets à long ter­me : leur absence non seu­le­ment pré­té­ri­te la situa­ti­on éco­no­mi­que des femmes à la retrai­te, mais pro­du­it aus­si des iden­ti­tés gen­rées chez les enfants, entre­ten­ant le cycle de repro­duc­tion des iné­ga­li­tés de gen­re.

 


Réfé­rence:

  • René Levy (2018). Deve­nir par­ents ré-acti­ve les iné­ga­li­tés de gen­re : une ana­ly­se des par­cours de vie des hom­mes et des femmes en Suis­se. Social Chan­ge in Switz­er­land No 14. Retrie­ved from www.socialchangeswitzerland.ch

 

Bild: Wiki­me­dia Com­mons

Print Friendly, PDF & Email