La classe moyenne suisse est en forte croissance, pas en déclin

La classe moyenne n’est pas en éro­sion en Suisse. Con­traire­ment aux pays anglo-sax­ons, la struc­ture des pro­fes­sions ne s’y est pas polar­isée dans les années 1990 et 2000. Le 12ème numéro de la revue Social Change in Switzer­land mon­tre que l’emploi a surtout crû dans les métiers haute­ment qual­i­fiés et dimin­ué dans les postes à faible niveau de qual­i­fi­ca­tion.

Deutsche Ver­sion

Social Change in Switzerland

Les obser­va­teurs de la révo­lu­tion numérique craig­nent que l’automatisation ne men­ace de nom­breux métiers qual­i­fiés. L’emploi ne croî­trait alors plus qu’aux marges – dans les pro­fes­sions intel­lectuelles bien rémunérées ain­si que dans les ser­vices à la per­son­ne peu rétribués. Le résul­tat serait l’effondrement de la classe moyenne.

Dans une nou­velle étude, Daniel Oesch et Emi­ly Mur­phy réfu­tent cette thèse. Sur la base des recense­ments de la pop­u­la­tion de 1970 à 2010, ils mon­trent qu’au cours de chaque décen­nie, l’emploi a crû le plus dans les pro­fes­sions les mieux rémunérées et, à l’exception du boom immo­bili­er des années 1980, a surtout dimin­ué dans les métiers les moins bien payés.

Cette amélio­ra­tion de la struc­ture de l’emploi s’explique par la crois­sance de la classe moyenne salariée, soutenue par la forte aug­men­ta­tion des niveaux de for­ma­tion. Entre 1991 et 2016, les cadres, gérants et autres experts sont passés de 34 à 48% de la pop­u­la­tion active, alors que la part des ouvri­ers de pro­duc­tion a chuté de 23 à 16%, et celle du per­son­nel aux­il­i­aire de bureau de 17 à 8%.

Seule une caté­gorie de la classe ouvrière a crû depuis 1991 : les tra­vailleurs et tra­vailleuses des ser­vices à la per­son­ne, qui sont passés de 13 à 15%. Cette crois­sance a cepen­dant été trop faible pour com­penser la sup­pres­sion des postes dans l’agriculture, l’industrie et le back office. Le pro­grès tech­nologique n’a donc pas érodé la classe moyenne, mais clairsemé les rangs des ouvri­ers indus­triels et du petit per­son­nel admin­is­tratif.


Source: Daniel Oesch et Emi­ly Mur­phy (2017), La classe moyenne n’est pas en déclin, mais en crois­sance. L’évolution de la struc­ture des emplois en Suisse depuis 1970. Social Change in Switzer­land No 12, www.socialchangeswitzerland.ch 

Con­tact : Daniel Oesch, +34 91 624 85 08, daniel.oesch@unil.ch

Image: Wiki­me­dia Com­mons.

Print Friendly, PDF & Email