La classe moyenne suisse est en forte croissance, pas en déclin

La clas­se moy­enne n’est pas en éro­si­on en Suis­se. Con­trai­re­ment aux pays anglo-saxons, la struc­tu­re des pro­fes­si­ons ne s’y est pas pola­ri­sée dans les années 1990 et 2000. Le 12ème numé­ro de la revue Soci­al Chan­ge in Switz­er­land mont­re que l’emploi a sur­tout crû dans les métiers hau­te­ment qua­li­fiés et dimi­n­ué dans les pos­tes à fai­ble niveau de qua­li­fi­ca­ti­on.

Deut­sche Ver­si­on

Social Change in Switzerland

Les obser­va­teurs de la révo­lu­ti­on numé­ri­que crai­gn­ent que l’automatisation ne menace de nom­breux métiers qua­li­fiés. L’emploi ne croî­trait alors plus qu’aux mar­ges – dans les pro­fes­si­ons intel­lec­tu­el­les bien rému­n­é­rées ain­si que dans les ser­vices à la per­son­ne peu rétri­bués. Le résul­tat serait l’effondrement de la clas­se moy­enne.

Dans une nou­vel­le étu­de, Dani­el Oesch et Emi­ly Mur­phy réfu­tent cet­te thè­se. Sur la base des rec­en­se­ments de la popu­la­ti­on de 1970 à 2010, ils mon­t­rent qu’au cours de chaque décen­nie, l’emploi a crû le plus dans les pro­fes­si­ons les mieux rému­n­é­rées et, à l’exception du boom immo­bi­lier des années 1980, a sur­tout dimi­n­ué dans les métiers les moins bien payés.

Cet­te amé­lio­ra­ti­on de la struc­tu­re de l’emploi s’explique par la crois­sance de la clas­se moy­enne sala­riée, sou­te­nue par la for­te aug­men­ta­ti­on des niveaux de for­ma­ti­on. Ent­re 1991 et 2016, les cad­res, gérants et autres experts sont pas­sés de 34 à 48% de la popu­la­ti­on active, alors que la part des ouvri­ers de pro­duc­tion a chu­té de 23 à 16%, et cel­le du per­son­nel auxi­li­ai­re de bureau de 17 à 8%.

Seu­le une caté­go­rie de la clas­se ouvriè­re a crû depuis 1991 : les tra­vail­leurs et tra­vail­leu­ses des ser­vices à la per­son­ne, qui sont pas­sés de 13 à 15%. Cet­te crois­sance a cepen­dant été trop fai­ble pour com­pen­ser la sup­pres­si­on des pos­tes dans l’agriculture, l’industrie et le back office. Le pro­grès tech­no­lo­gi­que n’a donc pas éro­dé la clas­se moy­enne, mais clair­se­mé les rangs des ouvri­ers indus­tri­els et du petit per­son­nel admi­nis­tra­tif.


Source: Dani­el Oesch et Emi­ly Mur­phy (2017), La clas­se moy­enne n’est pas en déclin, mais en crois­sance. L’évolution de la struc­tu­re des emplois en Suis­se depuis 1970. Soci­al Chan­ge in Switz­er­land No 12, www.socialchangeswitzerland.ch 

Con­tact : Dani­el Oesch, +34 91 624 85 08, daniel.oesch@unil.ch

Image: Wiki­me­dia Com­mons.

Print Friendly, PDF & Email