Eduquer à la citoyenneté à l’ère de la multiculturalité

La citoyen­neté est un statut juridique lié à la nation­al­ité : est citoyen tout mem­bre d’un Etat qui jouit des droits civils et poli­tiques garan­tis par cet Etat, prin­ci­pale­ment le droit de vote et le droit d’éligibilité. Mais la citoyen­neté ren­voie aus­si au principe d’une par­tic­i­pa­tion active de chaque indi­vidu à la vie de la société, indépen­dam­ment de sa nation­al­ité et de l’éventuelle plu­ral­ité de ses appar­te­nances.

Aarauer Demokratietage

Intro­duite à l’origine sous le terme d’instruction civique et cen­trée sur la con­nais­sance des insti­tu­tions poli­tiques comme prin­ci­pal moteur d’insertion dans la col­lec­tiv­ité nationale, l’éducation à la citoyen­neté est aujourd’hui bien plus conçue, dans les plans d’études, comme une édu­ca­tion au pou­voir et aux pra­tiques délibéra­tives. Dans le con­texte poli­tique et économique actuel, il sem­ble en effet de moins en moins per­ti­nent d’enseigner une citoyen­neté figée autour de règles préétablies et visant l’insertion dans une seule com­mu­nauté d’appartenance. La mul­ti­c­u­lu­ral­ité de notre société nous invite à repenser les objec­tifs et les con­tenus de l’éducation à la citoyen­neté en ter­mes d’autonomie et de respon­s­abil­ité indi­vidu­elle face aux enjeux con­tem­po­rains qui dépassent l’échelle nationale. Au delà du seul exer­ci­ce des droits poli­tiques, il s’agit de « con­tribuer à une meilleure com­préhen­sion du rôle des indi­vidus et des col­lec­tiv­ités dans le monde actuel » (Plan d’études romand, cycle 3).[1]

Dans le cours de didac­tique de l’éducation à la citoyen­neté à la HEP Vaud, nous for­mons des étu­di­antes et des étu­di­ants issus d’une var­iété d’univers dis­ci­plinaires. Ils choi­sis­sent cette sec­onde branche d’enseignement avant tout par intérêt et par con­vic­tion, sans aucune cer­ti­tude quant à la pos­si­bil­ité de l’enseigner effec­tive­ment. Dans ce con­texte, nous avons élaboré un mod­ule de for­ma­tion cen­tré sur le traite­ment de ques­tions sociale­ment vives, que ce soit en édu­ca­tion à la citoyen­neté ou dans d’autres branch­es d’enseignement.

L’année écoulée, nous avons fait une expéri­ence autour du jeu Kalen­daro, un out­il dévelop­pé par le Pôle de recherche nation­al LIVES à l’Université de Lau­sanne à la suite d’une recherche con­sacrée aux par­cours de vie, en Suisse, d’individus con­sid­érés dans leur con­texte social et his­torique.[2] Le jeu per­met aux élèves de se ques­tion­ner sur ce qui « fait la règle » ici et main­tenant, de se con­fron­ter dans un débat citoyen en classe, mais aus­si de s’ouvrir à l’autre, celle ou celui qui a « déjà vécu » et qui, sou­vent, vient d’ailleurs.

kalendaro

Jeu de plateau Kalen­daro dévelop­pé par le Pôle de recherche nation­al LIVES en col­lab­o­ra­tion avec l’Université de Lau­sanne et la Fon­da­tion éducation21.[3]

Nous avons invité nos étu­di­antes et nos étu­di­ants à con­cevoir des séquences d’enseignement en pro­longe­ment du jeu, s’inscrivant de façon trans­ver­sale en édu­ca­tion à la citoyen­neté et dans leur branche prin­ci­pale d’enseignement. De mul­ti­ples sujets ont émergés à la suite du jeu, par exem­ple : l’égalité entre hommes et femmes, les droits humains et les droits fon­da­men­taux, les migra­tions et l’immigration, les mœurs et les valeurs, les préjugés, les guer­res, les ressources, le chô­mage, les mal­adies. A l’écoute des préoc­cu­pa­tions de leurs pro­pres élèves, les étu­di­antes et les étu­di­ants ont été amenés à dévelop­per dif­férentes séquences d’enseignement en lien avec l’éducation à la citoyen­neté et leur prin­ci­pale dis­ci­pline d’enseignement, par exem­ple : crise migra­toire et par­cours migra­toires (géo­gra­phie), étude com­par­a­tive de régimes démoc­ra­tiques et non démoc­ra­tiques (his­toire et droit), fonc­tion et fonc­tion­nement des assur­ances sociales (math­é­ma­tiques), con­som­ma­tion respon­s­able (géo­gra­phie, économie et droit), valeurs fon­da­tri­ces des insti­tu­ions poli­tiques suiss­es (his­toire).

Même si les thé­ma­tiques abor­dées par le jeu Kalen­daro ne font pas formelle­ment par­tie des pro­grammes sco­laires, elles per­me­t­tent d’ouvrir la réflex­ion et le débat sur de nom­breuses ques­tions sociale­ment vives. Dans la per­spec­tive de la con­struc­tion d’un espace pub­lic démoc­ra­tique auquel cha­cun, cha­cune peut par­ticiper, l’enjeu est celui de l’exercice d’une citoyen­neté ne se lim­i­tant pas à l’appartenance nationale, mais esquis­sant l’existence d’une com­mu­nauté d’individus infor­més et respon­s­ables en Suisse ou ailleurs.

Note: Cet arti­cle est une ver­sion résumée de l’intevention faite par l’autrice, sur le thème “Edu­quer à la citoyen­neté à l’ère de la mul­ti­cul­tur­al­ité – ‹Citoyen­neté› unter­richt­en im Zeital­ter der Mul­ti­kul­tur­al­ität”, lors de la 8è édi­tion des “Aarauer Demokrati­etage”, le 18 mars 2016.

[1] http://www.plandetudes.ch/

[2] Pôle de recherche nation­al LIVES : www.lives-nccr.ch/kalendaro.

[3] http://www.education21.ch/fr/home


Lit­téra­ture

  • Audigi­er, F. (2005). Edu­ca­tion à la citoyen­neté démoc­ra­tique, droits humains et édu­ca­tion civique. In Vivre la démoc­ra­tie, appren­dre la démoc­ra­tie. Recueil de textes dans le cadre de l’Année européenne de la citoyen­neté par l’éducation. Berne: Secré­tari­at d’Etat à l’éducation et à la recherche, pp. 25–36. http://www.news.admin.ch/NSBSubscriber/message/attachments/1056.pdf
  • Legardez, A. & Simon­neaux, L. (Eds.). (2006). L’école à l’épreuve de l’actualité, enseign­er les ques­tions vives. Issy-les-Moulin­eaux: ESF.

Pho­to: NCCR Lives

Print Friendly, PDF & Email