1

Mise en œuvre des mesures COVID-19 — Comment atteindre les jeunes et les personnes ayant peu confiance dans les médias

Zora Föhn, Cornel Kaufmann
2nd juillet 2020

La Suisse est sur la voie vers une nouvelle normalité après la crise du COVID-19. Afin d’éviter une deuxième vague, il est nécessaire de continuer à suivre les prescriptions de protection sanitaire. L’acceptation des mesures n’est cependant pas homogène dans tous les groupes de population. Dans cet article, nous examinons la question de savoir comment on peut sensibiliser et encourager les personnes inconséquentes dans la mise en œuvre des mesures à appliquer ces dernières plus scrupuleusement.

En général, les mesures recommandées par l’OFSP sont mises en œuvre de manière très systématique par une grande partie de la population. Par exemple, neuf répondants sur dix ont déclaré se laver les mains régulièrement. La mesure consistant à garder une distance de deux mètres est également très bien respectée par la majorité des répondants. Les trois quarts des personnes interrogées le font régulièrement et environ une personne sur cinq le fait relativement fréquemment.

La proportion de répondants qui appliquent régulièrement la mesure "Gardez une distance de deux mètres" est nettement inférieure à celle concernant la mesure "Lavez-vous les mains régulière­ment". Cela peut s’expliquer par le fait que le maintien d’une certaine distance dans la vie quotidienne représente un changement plus important que de se laver les mains plus régulièrement.

Les mesures ne sont pas appliquées de la même manière par tous

Cependant, les deux mesures ne sont pas mises en œuvre de la même manière par tous les groupes de population. Notre analyse montre que les personnes ayant un niveau d’éducation plus élevé ou les personnes en mauvaise santé appliquent la mesure "Gardez une distance de deux mètres" mieux que les autres. En ce qui concerne le lavage régulier des mains, nous n’avons pas constaté une grande différence selon le niveau de formation ou l’état de santé. Il n’y a pas non plus de différences entre les sexes.

Cependant, des différences évidentes apparaissent entre les groupes d’âge : plus les répondants sont jeunes, moins les mesures sont mises en œuvre de manière systématique. [1] Surtout, les jeunes répondants ont plus de difficultés de garder une certaine distance que les personnes plus âgées (graphique 1). Par conséquent, ce sont les jeunes qui devraient être spécifiquement encouragés à respecter les mesures.

Graphique 1 : Mise en application des mesures Covid-19 selon l’âge

Selon le test du chi carré, les différences de mise en application selon la confiance dans le gouvernement sont significatives à 95 %, n=873

Au cours des dernières semaines, des manifestations ont eu lieu dans différentes villes suisses contre les mesures COVID-19 adoptées par le Conseil fédéral. Les photos de presse de ces événements montrent une composition hétéroclite des manifestants. Selon les médias, les manifestants sont principalement unis par un sentiment de méfiance envers le gouvernement et la presse (Pelda 2020).

Nous avons examiné dans notre analyse si la corrélation négative entre le niveau de confiance accordé aux institutions gouvernementales, aux médias et à la recherche et la mise en œuvre des mesures qui est postulée par les médias peut être confirmée. Un schéma très net s’est dégagé : plus le niveau de confiance des répondants dans le gouvernement, les médias et la recherche est élevé, plus il est probable que les mesures en question seront mises en œuvre de manière cohérente.

L’étude révèle ainsi que, outre les groupes d’âge les plus jeunes, ce sont surtout les personnes ayant peu de confiance dans les institutions qui devraient être particulièrement encouragées à respecter les mesures prescrites (graphiques 2, 3, 4).

Graphique 2 : Mise en œuvre des mesures selon la confiance dans le gouvernement en ce qui concerne le Covid-19

Graphique 3 : mise en application des mesures selon la confiance dans les médias en ce qui concerne le Covid-19

Graphique 4 : Mise en application des mesures selon la confiance dans la recherche en ce qui concerne le Covid-19

Selon le test du chi carré, les différences de mise en application selon la confiance dans le gouvernement, les médias ou la recherche sont significatives à 95 %, n=873

En qui les personnes appliquant les mesures de manière inconséquente placent-elles leur confiance ?

Dans un deuxième temps, nous avons étudié la question de savoir comment et notamment par quels canaux on peut encourager les personnes qui couramment appliquent les mesures Covid-19 que de manière inconséquente à les appliquer plus scrupuleusement dans le long terme.

Le groupe de répondants dont la mise en application est inconséquente a, comme déjà décrit, une confiance plus faible dans les institutions – gouvernement, recherche et médias – que la population en général. Toutefois, on peut constater que la confiance diffère sensiblement selon l’institution spécifique.

Si la proportion de personnes ayant une grande confiance dans le gouvernement et la recherche est encore relativement élevée dans ce groupe (42 et 37,5 % respectivement), leur attitude envers les médias est très critique (figure 5). Seulement un peu plus de 6 % de ce groupe a un niveau de confiance élevé dans les médias, tandis que 35 % ont un niveau de confiance faible. Si l’on veut encourager ce groupe de population à appliquer les mesures Covid-19 de manière plus systématique, la communication par les médias n’est pas très appropriée.

Graphique 5 : Confiance dans les institutions de la part des groupes de population appliquant de manière inconséquente les mesures Covid-19

n=102

Notre recommandation : une communication directe et spécifique au groupe cible

Comme le montre l’analyse de nos données, les jeunes ainsi que les personnes ayant une faible confiance dans les médias ont tendance à être moins conséquents dans la mise en œuvre des mesures. Afin d’encourager (ou de continuer à encourager) précisément ces groupes de population à appliquer les mesures de manière systématique, nous formulons les recommandations suivantes :

  • Nous recommandons tout d’abord que les reportages des médias, les interviews d’experts ou les communications du Conseil fédéral abordent explicitement la mise en application des mesures par les jeunes et soulignent pourquoi le respect des règles d’hygiène et de distance est également important pour ces groupes de population dans l’avenir proche.
  • Deuxièmement, étant donné que la confiance dans les médias au sujet du Covid-19 est particulièrement faible parmi les personnes n’appliquant pas les mesures de manière conséquente, nous recommandons d’utiliser les canaux de communication les plus directs possibles entre le gouvernement ou la recherche et la population. Si le gouvernement communique avec la population par exemple par le biais d’affiches, de diffusions de conférences en direct ou par les médias sociaux, cela semble être pris plus au sérieux par ce groupe de population que si la réception est assurée par les médias.
  • Selon le même raisonnement, il serait logique de désigner à long terme un centre de compétences en Suisse pour préparer et communiquer les résultats de la recherche d’une manière appropriée et facile à comprendre pour l’ensemble de la population. De cette manière, les recommandations issues de la recherche pourraient être communiquées directement à la population sans avoir à faire un détour par les médias, qui dans certains cas ne jouissent pas d’un niveau de confiance élevé parmi les groupes cibles. Ce centre pourrait ainsi assumer en Suisse des fonctions similaires à celles de l’Institut Robert Koch en Allemagne. Un premier pas dans cette direction est fait avec les Policy Briefs der Swiss National COVID-19 Science Task Force, qui sont accessibles au public. Toutefois, pour que les Policy Briefs soient acceptés par le grand public, ils devraient être rendus plus publiques et la langue ainsi que la conception devraient être choisies de manière plus appropriée pour le groupe cible.

Données et méthode
L’analyse de la mise en application des mesures de confinement contre le Covid-19 ainsi que de la confiance dans les institutions en rapport avec le virus est basée sur une évaluation statistique des résultats d’une enquête en ligne, qui a été réalisée entre fin mars et début avril sur un échantillon représentatif d’adultes suisses alémaniques dans le cadre du projet Health2040 de l'Université de Lucerne.

La confiance dans les institutions et la mise en application des mesures ont été étudiées à l’aide d’une échelle de Likert. Les répondants ont été invités à indiquer sur une échelle de 1 à 7, où 1 signifie "jamais" et 7 "toujours",  à quelle fréquence ils appliquent personnellement les mesures consistant à se laver régulièrement les mains et à conserver une distance personnelle de deux mètres. Pour l’analyse, la fréquence de la mise en application a été recodée en trois catégories (1, 2, 3 = mise en application peu fréquente ; 4 et 5 = mise en application moyenne ; 6 et 7 = mise en application régulière).

Outre les caractéristiques individuelles habituelles telles que l’âge, le niveau de formation et l’état de santé, l’enquête a également enregistré le degré de confiance dans le gouvernement, la recherche et les médias en ce qui concerne le Covid-19. La confiance a également été étudiée à l’aide d’une échelle de Likert avec des valeurs de 1 à 7 et a été recodée en trois catégories pour l’évaluation (1, 2 = confiance faible ; 3, 4, 5 = confiance moyenne ; 6, 7 = confiance élevée).

L’évaluation du niveau de confiance des personnes dont la mise en application des mesures Covid-19 est inconséquente est basée sur un ensemble de données concernant les personnes dont la mise en œuvre des applications est qualifiée de peu fréquente ou moyenne (n = 102)

[1] Cette conclusion est conforme aux résultats du Monitoring zur Corona-Krise der Schweizerischen Radio- und Fernsehgesellschaft (SRG).


Références :

  • Barthels, Inga (2020): Bevölkerungsstudie der Uni Mannheim- Die Akzeptanz für harte Corona-Massnahmen schwindet. In: Der Tagesspiegel. URL: https://www.tagesspiegel.de/gesellschaft/bevoelkerungsstudie-der-uni-mannheim-die-akzeptanz-fuer-harte-corona-massnahmen-schwindet/25728054.html (abgerufen am 26.05.2020).
  • Bosshardt, Lorenz et al. (2020): Die Schweiz und die Corona-Krise- Monitoring der Bevölkerung. Schweizerische Radio- und Fernsehgesellschaft SRG SSR. URL:  https://sotomo.ch/site/wp-content/uploads/2020/05/SRG_sotomo_Monitoring_Coronakrise_W3_web.pdf (abgerufen am 26.05.2020).
  • Bundesamt für Gesundheit BAG (2020): Neues Coronavirus: Massnahmen, Verordnungen und Erläuterungen. URL: https://www.bag.admin.ch/bag/de/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/novel-cov/massnahmen-des-bundes.html#797337129 (abgerufen am 26.05.2020).
  • Pelda, Kurt (2020): Wer steckt hinter den «Corona-Rebellen»? In: Tagesanzeiger. URL: https://www.tagesanzeiger.ch/wer-steckt-hinter-den-corona-rebellen-802443284662 (abgerufen am 26.05.2020).

Image : www.bag.admin.ch