1

De grandes attentes — La nouvelle Commission européenne, ses ambitions et l’opinion publique dans l’UE

Catherine de Vries, Isabell Hoffmann
31st janvier 2020

La récente enquête eupinions a révélé que le public européen a des attentes bien précises quant à la liste des priorités politiques de l'UE. En même temps, les citoyens européens n'ont guère confiance dans la capacité de l'UE à relever ces défis. L'avenir de l'UE est tout sauf rose.

Pas le temps de lire ? Pas de problème. Vous pouvez également écouter l'article suivant sur le podcast d'eupinions.

Le Parlement européen a élu le 27 novembre 2019 Ursula von der Leyen à la présidence de la Commission européenne. La nouvelle présidente rayonne de confiance et d'énergie, même si les défis auxquels l'UE est confrontée sont probablement plus importants que jamais dans son histoire.

L'un de ces enjeux consiste à convaincre les peuples européens que l'UE peut atténuer au moins une partie des malaises actuels. Face à l'acuité des débats relatifs au Brexit et au nombre record de membres eurosceptiques au sein du nouveau Parlement européen, il est plus important que jamais que la politique européenne porte les fruits que l'on attend d'elle. Nous présentons ci-après un aperçu des résultats les plus importants de l'enquête. Pour de plus amples informations – assorties de graphiques – voir le site eupinions.eu.

Les résultats de la dernière enquête eupinions

Pour l'étude actuelle d'eupinions intitulée "Great Expectations", 12'000 citoyens de toute l'UE ont été interrogés en juin 2019. Les résultats montrent que, d'une part, le public européen a des attentes bien précises quant à la liste des priorités politiques de l'UE mais que, d'autre part, il n'a guère confiance dans leur mise en œuvre effective.

La majorité des répondants sont toujours positifs à l'égard de l'UE : 62 % ont indiqué qu'ils parlaient de l'Union européenne de manière positive lors de discussions avec des amis et des collègues. Et plus de la moitié (54 %) étaient également favorables à l'approfondissement de l'intégration politique et économique de l'Europe. La plus jeune génération de citoyens européens est la plus favorable à l'UE. Notre étude confirme que les Européens sont pleins d'espoir quant au potentiel des politiques européennes et qu'ils en soutiennent les principes directeurs, comme l'ont déjà montré de précédentes études d'eupinions.

La sympathie existante est cependant mise à l'épreuve par les nombreuses crises que traverse l'UE. Cela devient particulièrement évident lorsqu'on interroge les Européens sur les scénarios futurs de l'UE. Par exemple, trente pour cent des personnes interrogées craignent de voir d'autres pays suivre l'exemple de la Grande-Bretagne et quitter l'UE ; 35 % pensent que l'UE continuera de se développer, mais à des rythmes différents. Vingt pour cent des répondants pensent que l'UE restera inchangée, tandis que neuf pour cent sont convaincus que l'Union européenne disparaîtra complètement.

 

Graphique 1: Attentes futures

Les citoyens ont des exigences bien précises face à la politique européenne

Bien que les perspectives d'avenir soient mitigées, nos résultats montrent également que les citoyens européens ont des idées claires quant aux domaines qui posent problème et nécessitent une action. La plus grande partie des personnes interrogées (environ 40 % de l'UE27) pensent que l'environnement devrait être la priorité absolue de l'UE à l'avenir. En France, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Pologne, la primauté est donnée à l'environnement.

Outre la politique environnementale, les répondants, dans toute l'UE, ont également indiqué qu'ils s'attendaient à ce que les politiques de l'UE soient axées sur l'emploi (34 %), la sécurité sociale (23 %), les droits civiques (21 %) et la sécurité publique (19 %). En Italie et en Espagne, l'emploi est la priorité absolue respectivement pour 60 et 40 % des répondants.

En France et en Pologne, le secteur de l'emploi est considéré comme le deuxième par ordre d'importance après la politique environnementale. Quant aux droits des minorités ou à l'égalité des chances, ils figurent en fin de liste dans les priorités indiquées par les personnes interrogées.

Graphique 2: Les principales priorités de la nouvelle Commission européenne

Si l'on répartit les répondants en fonction de leurs tendances politiques, on constate que ce sont les tenants des partis populistes de droite qui s'écartent le plus de ce schéma. Pour eux, les questions environnementales sont en fin de liste et la sécurité de l'emploi est prioritaire. 

Nos résultats montrent clairement que, d'une part, les citoyens attendent de la nouvelle Commission une action décisive dans le domaine de la protection de l'environnement : Le Green Deal récemment formulé est un premier pas décisif dans cette direction.

Un autre indicateur de la direction dans laquelle la Commission devrait orienter ses énergies est le résultat obtenu sur les questions ayant trait aux préoccupations personnelles des Européens. Plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré que le coût de la vie était leur principale préoccupation, la proportion la plus élevée étant enregistrée en France et en Pologne, avec respectivement 61 et 62 %. Ce sont ensuite la mauvaise santé, la précarité de l'emploi et la criminalité qui ont été le plus souvent mentionnées. La précarité de l'emploi est un problème particulièrement aigu en Italie et en Espagne.

Graphique 3: Priorités personnelles dans les années à venir

On pourrait en conclure que si les Européens sont préoccupés par l'environnement, ils le sont tout autant par leur porte-monnaie.

À en juger par les discours, les déclarations et les premiers pas de la présidente von der Leyen, nombre de ses idées semblent coïncider avec les priorités politiques des citoyens européens, notamment avec ses propositions concernant le Green Deal, l'extension des droits sociaux et l'accent mis sur la croissance de l'économie et de l'emploi. 

La nouvelle Commission européenne peut-elle atteindre ses objectifs ?

C'est la question cruciale pour la plupart des citoyens européens face aux défis à venir.

La présidente von der Leyen a en effet accru son engagement ; elle a fait de grandes promesses à un public européen qui aspire à une UE qui fonctionne mais qui a récemment connu des dysfonctionnements et des conflits.

Ce dernier point soulève la question suivante : même si la nouvelle Commission réussit à mettre en place une coopération efficace, sera-t-elle en mesure de revendiquer ce succès pour elle-même ? Jusqu'à présent, la Commission européenne s'est traditionnellement efforcée de tenir un discours convaincant et positif sur son travail.

Il y a lieu, par conséquent, de garder à l'esprit l'environnement politique et institutionnel très précaire dans lequel se trouve la nouvelle Commission. Les qualités personnelles et les compétences d'Ursula von der Leyen sont donc d'autant plus importantes. Pour que soient satisfaites les grandes attentes qu'elle a suscitées, trois facteurs seront décisifs : son mode de communication, son style de leadership et sa capacité à façonner la relation intra-institutionnelle.

L'enquète eupinions

eupinions a été fondée par Catherine de Vries et Isabell Hoffmann.

eupinions est une plateforme indépendante qui traite de l'opinion publique européenne. Nous recueillons, analysons et commentons l'opinion du public européen sur les questions politiques d'actualité et sur les tendances de fond.

eupinions utilise des techniques de pointe en matière d'acquisition des données. Des enquêtes trimestrielles sont effectuées en 22 langues dans tous les États membres de l'UE. Nos données répondent aux normes scientifiques et sont représentatives en termes d'âge, de sexe, d'éducation et de pays/région.

eupinions est un projet de la Fondation Bertelsmann. Les données sont collectées en coopération avec Dalia Research.

Toutes les publications relatives à eupinions sont rédigées conjointement par les deux chercheuses.


Référence:

Image: eupinions