La naturalisation accélère l’intégration

Les migrants qui ont obtenu le passeport suisse lors d’une votation anonyme dans leur commune sont mieux intégrés dans la société suisse que les migrants dont la demande de naturalisation a été refusée. C’est le résultat de l’étude citizenship.ch des universités de Zurich, Stanford, Mannheim et London School of Economics, soutenue par le Fonds national suisse (FNS).

 

Deutsche Version des Beitrages hier!

Le film présente l’étude en détail (en anglais et en allemand). © UZH

 

La naturalisation est un catalyseur de l’intégration. Ce sont principalement les personnes en provenance de Turquie et de l’ex-Yougoslavie qui s’intègrent mieux dans la société grâce à une naturalisation plus rapide.

 

Quand c’est le hasard qui décide…

Une question suscite toujours la controverse en Suisse lors des débats sur l’intégration : à quel moment faut-il octroyer le passeport suisse aux personnes d’origine étrangère ? Certains souhaitent naturaliser les migrantes et les migrants aussi rapidement que possible afin d’encourager leur intégration. D’autres considèrent que la naturalisation représente l’aboutissement d’une intégration réussie et ne doit survenir qu’après de nombreuses années.

 

Les demandes de naturalisation en Suisse peuvent suivre des procédures différentes. Nous avons étudié les effets sur les migrants de décisions de naturalisation, positives ou négatives, prises de justesse. Pour cela, nous avons tiré profit d’un type controversé de prise de décision, qui n’est aujourd’hui plus pratiqué : la naturalisation sur la base d’une votation anonyme.

 

INFOBOX: Naturalisation par votation anonyme
Dans quelques communes de Suisse alémanique, les naturalisations par votation anonyme, pendant les assemblées municipales ou aux urnes, étaient acceptées. En 2003, le Tribunal Fédéral a décidé que les décisions négatives sur les demandes de naturalisation devaient être justifiées. L’Assemblée Fédérale a adopté en 2007 la nouvelle loi sur la nationalité, qui n’autorise plus de votations anonymes sur les demandes de naturalisation. Les décisions prises directement par les citoyennes et citoyens sont dès lors uniquement autorisées dans e cadre d‘assemblées communales.

 

Entre 1970 et 2003, des demandes de naturalisation ont été soumises à des votes aux urnes dans 46 communes alémaniques, résultant parfois dans des décisions très serrées.

 

Pour des migrants séparés seulement par quelques voix et qui n’ont, par exemple, récolté que 49% des votes au lieu de 51%, le fait d’avoir ou non obtenu la nationalité suisse ne s’avère en fin de compte qu’une question de chance.

Jens Hainmueller, Universität Stanford 

 

Plus de 700 personnes ont été interrogées au sujet de leur vie après la demande de naturalisation

768 personnes ont pu être identifiées et contactées parmi les candidats à la naturalisation dont la demande avait été, il y a plus de 15 ans, acceptée ou rejetée de justesse. Nous les avons interrogées par téléphone, afin de savoir, notamment, si elles s’engageaient politiquement, lisaient des journaux suisses, étaient membres d’une association, se sentaient victimes de discrimination ou prévoyaient de passer leur retraite en Suisse.

 

Effets positifs de la naturalisation

figure2fr

 
Les points colorés dans le graphique montrent les effets de la naturalisation (c’est-à-dire la différence entre les personnes acceptées et non acceptées) sur différents comportements et caractéristiques individuels pour trois méthodes d’estimations différentes (voir Infobox en bas de l’article).

 

Nos résultats montrent que les effets positifs de la naturalisation sont les plus marqués au sein des groupes de migrants qui doivent lutter contre les préjugés les plus forts. Les personnes d’ex-Yougoslavie et de Turquie, et celles qui ne sont pas nées en Suisse, sont celles qui profitent le plus de la naturalisation.

 

Les répercussions positives d’une naturalisation sont également claires en ce qui concerne l’intégration politique: les connaissances des personnes naturalisées de justesse atteignent un niveau comparable à celui des Suisses de naissance. À l’inverse, les migrants ayant vu leur demande de naturalisation rejetée de peu sont aujourd’hui encore marginalisés sur le plan politique.

 

Notre étude démontre que la naturalisation encourage durablement l’intégration sociale et politique. De plus, les effets positifs de la naturalisation sont d’autant plus grands qu’une personne a été naturalisée rapidement.

Dominik Hangartner, Université de Zurich et London School of Economics

 

Naturalisations plus vites?

La durée de séjour nécessaire avant que quelqu’un puisse demander à être naturalisé en Suisse est très longue en comparaison d’autres pays européens. Le séjour requis est de douze ans en moyenne, contre cinq en France ou en Angleterre. Une réduction de cette durée aurait un impact bénéfique sur l’intégration et, par conséquent, sur l’ensemble de la population.

 

INFOBOX: Methods & results
Naturalization improves the political integration of immigrants. The figure shows point estimates and robust 95% (thin) and 90% (bold) confidence intervals from instrumental variable and fuzzy RD design models. Outcomes were as follows: political integration scale (mean, 0; SD, 0.5); voted in last election (0/1); political efficacy (0–1); political knowledge (0, 0.5, 1); and informal political participation (0/1). Covariates include reported applicant characteristics and fixed effects for municipality and time period. The sample includes all applicants within a window ±15% margin of the threshold.

 


 

Références

 

Photo: UZH

 

Note: Cet article a publié pour la première fois sur DeFacto le 1 octobre 2015 en allemand!

Print Friendly